Claustrophobie, comment l’hypnose peut-elle vous aider ?

Tout d’abord, qu’est-ce que la claustrophobie ?

La claustrophobie, c’est la phobie de l’enfermement. Elle consiste en une peur panique de l’enfermement, des espaces clos :  ascenseur, métro, train, avion, caves, tunnels… mais aussi petites pièces ou pièces sans fenêtre…

Une personne claustrophobe a une peur irrationnelle des espaces confinés, et confrontée à sa peur, peut aller jusqu’à faire une crise d’angoisse ou de panique.

La personne claustrophobe peut également avoir très peur de certains examens et traitements médicaux tels que les IRM ou la radiothérapie, car elle va se retrouver enfermée sans bouger pendant plusieurs minutes.

La claustrophobie est une phobie spécifique classée dans la catégorie des troubles anxieux, qui  affecte entre 4 à 5 % de la population.

Un événement dans l’enfance, par exemple avoir été enfermé petit, ou un événement traumatique dans un lieu clos, comme avoir été agressé (e) dans le métro peut expliquer la claustrophobie.

Il existe souvent un lien entre la phobie sociale, l’agoraphobie, c’est-à-dire la peur des lieux publics et la claustrophobie.

Les « symptômes » de la claustrophobie sont souvent une sensation d’oppression avec une accélération du rythme cardiaque, une transpiration excessive, des tremblements, des maux de ventre (diarrhée)…etc. La personne peut également ressentir des vertiges, des bouffées de chaleur, avoir une sensation d’évanouissement. Cette anxiété intense peut aller jusqu’à générer une crise de panique ou d’angoisse chez la personne claustrophobe.

En résumé, et comme pour toutes les phobies, il s’agit d’une peur excessive, potentiellement handicapante et la stratégie d’évitement est souvent la solution choisie par la personne claustrophobe.

La stratégie du claustrophobe : l’évitement

Une personne qui souffre de claustrophobie va tout faire pour contourner ou éviter la situation qu’elle considère comme dangereuse : elle prendra les escaliers à la place de l’ascenseur, évitera les tunnels quitte à rallonger considérablement un trajet, préférera la voiture à l’avion, même si cela prend 10 fois plus de temps….

Le phobique est un hyper-vigilant.  Il surveille en permanence son environnement, ce qui augmente son malaise. Sa vie devient très compliquée. Le claustrophobe ressent une peur incontrôlable, invalidante et pénible.

La fuite, la fausse excuse et les prétextes sont le meilleur moyen de maintenir la peur. Si la fuite soulage à court terme, elle va maintenir la personne dans une dépendance anxieuse et celle-ci ne sera pas soulagée sur le long terme. La peur va durer.

Toutes ces attitudes de fuite aident à survivre, mais n’aident pas à bien vivre, et surtout pas à vaincre la peur.

Quelles solutions à la claustrophobie ?

Dans les cas les plus critiques et quand le quotidien devient ingérable et douloureux, il existe, bien entendu, la possibilité d’un traitement à base de médicaments anxiolytiques, prescrits par un médecin. Ces traitements présentent un risque de dépendance et une durée de prescription limitée.

En complément d’un traitement médical, ou lorsque la claustrophobie reste gérable au quotidien, il est préférable de trouver des alternatives thérapeutiques sur le long-terme et c’est là que l’hypnothérapie peut jouer tout son rôle.

L’hypnose thérapeutique pour vous libérer de la claustrophobie

Il faut se confronter à la peur pour se rendre compte que le danger n’existe pas. C’est ce que propose l’hypnose Ericksonnienne.

En effet, cette approche thérapeutique va permettre de changer la perception de la personne claustrophobe, sur ce qu’elle considère comme un danger incontrôlable, générateur de sa peur.

Lors d’une séance d’hypnose, l’esprit conscient va être mis de côté pour travailler avec l’inconscient sur la partie qui a peur.

Puis grâce à différent outils, votre hypnothérapeute va vous accompagner à vous libérer de cette phobie.

Si vous avez par exemple peur des ascenseurs, l’objectif n’est pas que les ascenseurs deviennent vos meilleurs amis, mais simplement que vous puissiez y être indifférents lorsque vous devez en prendre un.

Comment se déroule une séance d’hypnose thérapeutique pour se libérer de la claustrophobie ?

Vous allez tout d’abord échanger avec votre hypnothérapeute au sujet de votre phobie, de son origine et de l’impact qu’elle a sur votre vie.

S’il s’agit de votre première séance d’hypnose, votre hypnothérapeute vous expliquera ce qu’est l’état hypnotique et vous communiquera des informations sur le déroulement de la séance. Il vous guidera ensuite vers un état de relaxation profonde, appelé état d’hypnose ou transe hypnotique, afin d’éveiller votre esprit inconscient.

Adaptée à tous, l’hypnose est un traitement naturel, très doux, non contraignant, qui permet d’accéder à l’inconscient pour qu’au fil des séances, un nouveau programme positif vis-à-vis de l’objet qui génère la claustrophobie soit enregistré.

Une fois que vous aurez atteint l’état hypnotique, vous allez ensuite pouvoir commencer à reprogrammer votre inconscient dans le but de réduire la peur associée à la claustrophobie. A l’aide de protocoles personnalisés, de visualisations et de suggestions, vous allez petit à petit pouvoir changer de perception sur l’objet de votre peur.

Les métaphores sont très importantes en hypnose thérapeutique. C’est pourquoi votre hypnothérapeute les utilisera lorsque vous êtes en état conscience modifié. Pour une personne qui a une phobie de l’ascenseur, le thérapeute pourra à titre d’exemple utiliser la métaphore d’un cocon bienveillant et protecteur.

Il pourra également utiliser la visualisation, et par exemple faire imaginer à la personne phobique des ascenseurs qu’elle parle à sa meilleure amie au téléphone le temps de monter d’un seul étage. Puis de sortir de l’ascenseur. Et le reprendre quelques jours plus tard jusqu’au 4ème étage dans les mêmes conditions…

En revivant sous hypnose, de façon positive, la situation dans laquelle la personne est angoissée, celle-ci va pouvoir naturellement « reprogrammer » son inconscient, afin que la situation qu’elle a visualisée et expérimentée dans la situation hypnotique soit reproductible dans la vie réelle.  Dans l’état hypnotique, la personne va effectuer les « réglages » nécessaires afin de modifier ce programme qui s’est installé à l’intérieur d’elle et enregistrer un « nouveau programme ».

La technique hypnotique permet ainsi de diminuer les symptômes liés à la claustrophobie, et notamment les troubles anxieux.

Je dispose de plusieurs protocoles pour agir aux différents stades de la claustrophobie. Il n’existe pas de protocole type ! Je m’adapte à chacune des personnes, en proposant un protocole unique qui cible spécifiquement sa problématique.

Pendant une séance d’hypnose, le thérapeute est un guide mais c’est vous qui faites le travail. Vous êtes pleinement acteur de la séance.

Une fois le travail effectué, le thérapeute vous guidera pour revenir à votre état de conscience ordinaire. Vous pourrez ensuite si vous le souhaitez échanger avec lui sur votre expérience pendant la séance.

Combien de séances d’hypnose sont-elles nécessaires pour se libérer de la claustrophobie ?

L’hypnose Ericksonienne est une méthode efficace pour surmonter la claustrophobie.

En moyenne, 2 à 3 séances d’hypnose sont nécessaires pour s’en libérer. Certaines personnes ressentiront des effets dès la première séance, d’autres auront besoin de séances supplémentaires.

Je suis certifiée en tant que Maître Praticienne en hypnose Ericksonienne et je vous reçois dans l’un de mes cabinets, à Paris 16ème ou Paris 3ème, pour vous accompagner par l’hypnose à vaincre la claustrophobie, qui vous empêche d’avancer.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, ou pour prendre rendez-vous.

Partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
On continue ?

Autres sujets

personne dans une combinaison jaune avec un casque, un masque sur la tête et un spray a la main

Phobique ? L’hypnose peut vous aider !

Tout d’abord qu’est-ce qu’une phobie ? Les phobies sont des troubles anxieux où la personne se focalise sur un objet, une situation ou une activité précise qui n’a