Phobique ? L’hypnose peut vous aider !

Tout d’abord qu’est-ce qu’une phobie ?

Les phobies sont des troubles anxieux où la personne se focalise sur un objet, une situation ou une activité précise qui n’a pas de justification rationnelle. Les stratégies d’évitement permettent d’atténuer certaines phobies, mais peuvent cependant perturber de façon importante la vie quotidienne des personnes qui en souffrent.

Est-il normal d’avoir peur d’objets ou de situations particulières ?

La peur est une émotion naturelle et utile qu nous protège car elle nous pousse à agir lorsque nous nous sentons en danger. Tout le monde peut avoir des peurs, voire de petites phobies, préférer l’escalier à l’ascenseur, changer de trottoir à la vue d’un chien, redouter de prendre l’avion. La plupart du temps, nous vivons avec ces peurs et nous finissons par les apprivoiser.

En revanche, lorsque la peur nous paralyse en l’absence de danger réel, et prend des proportions démesurées, monopolise nos pensées et influence de façon négative nos comportements et nos choix, elle devient pathologique.

Saviez-vous que plusieurs milliers de phobies ont été répertoriées ?

Il y a celles que nous connaissons tous, la claustrophobie, la phobie de l’avion, la phobie des araignées ou des insectes, la phobie scolaire, l’agoraphobie…Mais il y en a bien d’autres encore….

Par exemple, connaissiez-vous l’acrophobie qui la peur des lieux élevés, l’éreuthophobie, la peur de rougir en public, la mysophobie, la peur de la poussière, la scopophobie, la peur d’être regardé, la géphyrophobie, la peur de traverser un pont, et nous pourrions continuer ainsi longtemps, car les spécialistes en ont répertorié plusieurs milliers !

La personne phobique réalise que sa peur est excessive et irrationnelle, mais elle ne peut pas résister au besoin d’éviter l’objet de sa crainte.

La phobie devient grave lorsqu’elle oblige la personne à restreindre ses activités et que sa qualité de vie s’en ressent.

Quelles sont les causes des phobies ?

L’éducation et l’environnement familial semblent jouer un rôle important dans le déclenchement des phobies. Un père ou une mère phobique peut transmettre à son enfant une vulnérabilité émotionnelle qui le prédisposera aux phobies.

Les phobies simples sont souvent liées à des événements traumatisants dans l’enfance, qu’ils soient réels ou fantasmés. Une phobie des chiens peut s’installer chez un enfant qui a vraiment été mordu, ou aussi chez un enfant qui a imaginé être attaqué par un chien.

La phobie sociale peut avoir pour origine une situation vécue, mais elle peut également se développer à la suite de l’observation du comportement d’autres personnes (par exemple l’humiliation d’un individu par un groupe). Elle est souvent précédée d’une timidité marquée pendant l’enfance. Le fait de grandir dans une famille repliée sur elle-même, ayant peu de contacts sociaux, et dans laquelle le jugement des autres a une importance excessive peut induire une prédisposition à la phobie sociale.

Qui peut être atteint de phobie ?

Les phobies sont assez fréquentes puisqu’elles touchent de 10 % à 20 % de la population et concernent deux fois plus de femmes que d’hommes. L’agoraphobie toucherait de 8 % à 10 % de la population à des degrés plus ou moins graves. Elle apparaît souvent entre 18 et 35 ans. Parmi les agoraphobes, on trouve 80 % de femmes.

La phobie sociale est également assez répandue. 3% de la population souffriraient d’une forme grave et une personne sur dix serait atteinte d’une forme moins sévère. La phobie sociale est la seule forme d’anxiété qui touche les hommes et les femmes à égalité. Ce trouble se déclare la plupart du temps chez les jeunes adultes.

Comment évoluent les phobies ?

Les phobies simples, plus fréquentes chez les enfants, disparaissent souvent après l’adolescence. Lorsqu’une phobie apparaît pendant l’âge adulte, son impact sur la vie quotidienne peut s’atténuer avec le temps, mais au prix de stratégies d’évitement de plus en plus complexes.

L’agoraphobie non traitée tend à s’aggraver. La personne atteinte d’agoraphobie sort de moins en moins et son anxiété augmente. Épuisés par cette phobie, il est fréquent de constater que les agoraphobes cherchent le soulagement dans l’alcool ou les drogues et peuvent développer une dépression.

Dans le cas de phobies graves, qui désorganisent la vie quotidienne, une prise en charge psychiatrique et psychologique, associée à la prise de médicaments devient nécessaire.

Dans le cas de phobies modérées, ou en complément d’un suivi psychologique pour une phobie plus sévère, l’hypnothérapie se révèle efficace, voire très efficace, et je vous explique pourquoi.

Comment l’hypnose fonctionne-t-elle sur les phobies ?

Il faut se confronter à la peur pour se rendre compte que le danger n’existe pas. C’est ce que propose l’hypnose Ericksonnienne.

Cette approche thérapeutique va permettre de changer la perception de la personne phobique, sur ce qu’elle considère comme un danger incontrôlable, générateur de sa peur.

Lors d’une séance d’hypnose, l’esprit conscient va être mis de côté pour travailler avec l’inconscient sur la partie qui a peur.  Puis grâce à différent outils, votre hypnothérapeute va vous accompagner à vous libérer de cette phobie.

Si vous avez par exemple la phobie des araignées, l’objectif n’est pas que les araignées deviennent vos meilleures amies, mais simplement que vous puissiez y être indifférent lorsque vous en rencontrez une.

Vous allez tout d’abord échanger avec votre hypnothérapeute au sujet de votre phobie, de son origine et de l’impact qu’elle a sur votre vie. Puis il vous expliquera ce qu’est l’état hypnotique et vous communiquera des informations sur le déroulement de la séance. Il vous guidera ensuite vers un état de relaxation profonde, appelé état d’hypnose ou transe hypnotique, afin d’éveiller votre esprit inconscient.

Adaptée à tous, l’hypnose est une technique naturelle, très douce, permettant d’accéder à l’inconscient pour qu’au fil des séances, un nouveau programme positif vis-à-vis de l’objet qui génère la phobie soit enregistré.

Une fois que vous aurez atteint l’état hypnotique, vous allez pouvoir commencer à reprogrammer votre inconscient dans le but de réduire la peur associée à votre phobie et, petit à petit, changer de perception sur l’objet de votre peur.

En revivant sous hypnose, de façon positive, la situation dans laquelle la personne est angoissée, celle-ci va pouvoir naturellement « reprogrammer » son inconscient, afin que la situation qu’elle a visualisée et expérimentée dans la situation hypnotique soit reproductible dans la vie réelle.  En état hypnotique, la personne va effectuer les « réglages » nécessaires pour modifier ce programme qui s’est installé à l’intérieur d’elle et enregistrer un « nouveau programme ».

La technique hypnotique permet ainsi de diminuer les symptômes liés à la phobie, et notamment les troubles anxieux.

Il n’existe pas de protocole type ! Je m’adapte à chacune des personnes, en proposant un protocole unique qui cible spécifiquement sa problématique.

Pendant une séance d’hypnose, le thérapeute est un guide mais c’est vous qui faites le travail. Vous êtes pleinement acteur de la séance.

Combien de séances d’hypnose sont-elles nécessaires pour se libérer d’une phobie ?

Tout dépend de la phobie et de son intensité. En moyenne, vous ressentirez des effets positifs et mesurables après 2 à 3 séances, certaines personnes observent des effets dès la première séance.

Je suis certifiée en tant que Maître Praticienne en hypnose Ericksonienne et je vous reçois à Paris dans l’un de mes cabinets, à Paris 16ème ou Paris 3ème, pour vous accompagner par l’hypnose à vous libérer des phobies qui vous empêchent d’avancer.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, ou pour prendre rendez-vous.

Partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
On continue ?

Autres sujets

coucher de soleil au bourd d'un lac

L’hypnothérapie pour lâcher prise

Lâcher prise, qu’est-ce c’est ? De façon très simple, lâcher prise sur une situation, c’est réussir à l’accepter telle qu’elle est.  C’est se libérer du contrôle