L’addiction aux écrans chez les enfants et adolescents : l’hypnose peut-elle aider ?

Tout d’abord quelques données récentes

L’étude publiée par Insee Références – Édition 2022 intitulée « Éclairages – Les enfants de moins de 6 ans et les écrans numériques… » est riche d’enseignements sur l’utilisation des écrans par les enfants. Voici quelques conclusions de cette étude.

  1. Plus d’un enfant sur trois commence à utiliser des écrans numériques entre deux ans et cinq ans et demi ;
  2. 16% des enfants de 5 ans et demi passent plus d’une heure sur une tablette ou un smartphone chaque jour
  3. Un enfant sur six, qui avait déjà accès aux écrans à deux ans, intensifie son utilisation
  4. Tel parent, tel enfant : on observe une reproduction intergénérationnelle des rapports aux écrans

L’addiction aux écrans pour les enfants, commence dès leur plus jeune âge et on a pu constater une accélération de ce phénomène avec les périodes de confinement suite au COVID 19 que nous avons pu vivre en France.

Gabriel Attal, ministre de l’éducation, interviewé dans le Figaro du 30 novembre dit : « Concernant l’usage des écrans à la maison, nous sommes proches d’une catastrophe sanitaire et éducative »

L’usage excessif des écrans, quelles conséquences sur la santé ?

L’usage excessif des écrans aurait, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), des répercussions négatives importantes sur la santé physique et mentale.

Sur la santé physique, un comportement hyper connecté augmente la sédentarité, peut entraîner des problèmes d’obésité, des troubles du sommeil, des troubles musculosquelettiques, des problèmes de vision et d’audition …..

A l’heure où l’on parle beaucoup du harcèlement en milieu scolaire, une addiction aux écrans peut avoir des conséquences sur la santé psychosociale de l’enfant ou de l’adolescent, harcèlement ou cyberintimidation, retrait ou isolement social, comportements agressifs, comportements sexuels à risque, ainsi que des problèmes familiaux et des difficultés à l’école ou au travail.

L’addiction aux écrans peut également conduire à des troubles de l’humeur tels que la dépression et l’anxiété. Les personnes qui passent trop de temps devant un écran peuvent aussi éprouver des difficultés à se concentrer sur les tâches quotidiennes ou à prendre des décisions importantes.

La dépendance ou l’addiction ne vient pas du fait de l’usage du numérique, qui est tout de même l’outil indispensable pour avancer au 21ème siècle !  On parle d’hyper-connexion lorsque les personnes ne parviennent plus à se détacher de cet outil, ou n’envisagent pas de s’en passer.

C’est un fléau qui se propage dans notre société à l’image des autres addictions, et les conséquences peuvent être dramatiques si rien n’est fait pour optimiser l’usage d’internet et des écrans, notamment chez les enfants et les adolescents.

Quelques astuces pour aider les enfants à se sortir de l’addiction aux écrans

Si votre enfant ou adolescent passe trop de temps sur son outil numérique (téléphone, tablette, ou ordinateur), si vous sentez que commence à s’installer une forme de dépendance, qui impacte son comportement, ses résultats scolaires ou ses relations, alors il est essentiel de réagir rapidement et de communiquer avec lui sur le sujet.

Il est possible que cette discussion soit d’ailleurs source de conflit, et il n’est pas souhaitable d’opter pour la confiscation pure et simple du téléphone, de la console ou de l’accès à la télévision.

Pour aider votre enfant ou votre adolescent à lutter contre cette addiction aux écrans, il est préférable d’en parler calmement avec lui, en lui expliquant les dangers d’une utilisation prolongée.

Lorsque vous sentez que votre enfant est réceptif, il est essentiel de définir avec lui des règles qui sont acceptables et en particulier nombre d’heures d’utilisation par semaine en fonction de son âge.

Pour compenser ce manque, il est important que vous consacriez du temps à votre enfant, pour réaliser avec lui des activités qui l’intéressent, musique, bricolage, travaux manuels, peinture, sorties culturelles, …

Les conseils de l’AFPA (Association Française de Pédiatrie Ambulatoire) sont les suivants, c’est la règle des 3 6 9 12 :

  • Pas d’écrans avant 3 ans, l’enfant a besoin de construire ses repères spatiaux puis temporels.
  • Entre trois et six ans, utilisation limitée des écrans. L’enfant a besoin de découvrir toutes ses possibilités sensorielles et manuelles. Pas de console de jeu personnelle avant 6 ans
  • Pas d’internet avant 9 ans, l’enfant a besoin de découvrir les règles du jeu social
  • Pas de réseaux sociaux avant 12 ans, car l’enfant a besoin d’explorer la complexité du monde

Après 12 ans, un accompagnement des parents reste nécessaire, et des règles d’utilisation doivent être mises en place.

Comment l’hypnose peut-elle aider à sortir de l’addiction aux écrans ?

Comme toute autre addiction, tout se joue souvent dans l’inconscient et l’hypnose permet d’y accéder, pour modifier un mécanisme qui s’y est ancré petit à petit.

Lors de la première séance, je poserai des questions à l’enfant ou l’adolescent, accompagné pendant l’entretien par le ou les parents. Il s’agira de comprendre les causes et le rôle de ce besoin d’hyper-connexion, et de déterminer tous ensemble un objectif pour se sortir de ce comportement.

Je resterai ensuite seule avec l’enfant ou l’adolescent, pour une séance d’hypnose Ericksonienne.

Installé confortablement dans un fauteuil, l’enfant ou l’adolescent sera guidé par le son de ma voix pour atteindre l’état hypnotique.

Dans cet état de relaxation profonde, l’esprit conscient sera mis de côté pour laisser place au travail de l’inconscient. « Chacun possède en lui toutes les ressources nécessaires », disait le créateur de l’hypnose Ericksonienne, Milton Erickson.

En hypnose, toutes les ressources inconscientes se mobilisent pour accompagner l’enfant ou l’adolescent à effectuer les changements nécessaires afin qu’il puisse se libérer de cette addiction, et avancer vers une vie plus libre, plus sereine.

Lorsque l’inconscient est bien éveillé, nous allons pouvoir commencer à travailler avec lui et faire les « réglages » nécessaires afin de modifier ce programme qui s’est installé et dont l’enfant ou l’adolescent souhaite se débarrasser.

Par des suggestions, des visualisations positives, j’accompagnerai l’inconscient à enregistrer un « nouveau programme », comme par exemple celui de remplacer l’écran par une activité sportive en plein air, des travaux manuels, une activité de pâtisserie, ou toute autre activité que l’enfant ou l’adolescent apprécie et qui se substituerait avantageusement aux écrans.

Suite à une séance d’hypnose, l’inconscient continue de travailler pendant en moyenne 2 à 3 semaines. A la fin de la séance, l’enfant ou l’adolescent reviendra tranquillement à son état de conscience ordinaire.

L’addiction aux écrans est un phénomène de plus en plus courant dans notre société moderne, avec des effets négatifs sur la santé mentale, la santé physique et les relations sociales.

L’hypnose Ericksonienne est une technique de thérapie alternative qui peut aider à sortir de l’addiction aux écrans en aidant les personnes à identifier mécanismes qui les ont conduites à devenir dépendantes, et à développer de nouveaux comportements plus sains.

Le nombre de séances pour surmonter une dépendance aux écrans est variable en fonction de l’importance de l’hyper-connexion, mais en règle générale, 3 à 5 séances donnent déjà des résultats très probants. Je conseille d’espacer les séances de deux à trois semaines.

Hypnothérapeute à Paris, je vous reçois dans un de mes cabinets à Paris 16ème ou Paris 3ème, pour accompagner par l’hypnose vos enfants ou adolescents à retrouver une vie plus libre et plus saine en les aidant à surmonter leur addiction aux écrans.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, ou pour prendre rendez-vous.

Partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
On continue ?

Autres sujets

personne dans une combinaison jaune avec un casque, un masque sur la tête et un spray a la main

Phobique ? L’hypnose peut vous aider !

Tout d’abord qu’est-ce qu’une phobie ? Les phobies sont des troubles anxieux où la personne se focalise sur un objet, une situation ou une activité précise qui n’a